DOM DO DOM !

D'Ervin Lázár

Éditions La Joie de Lire

Conte moderne d’Europe de l’Est
Dessins, ombres et disques vinyles 

à partir de 5 ans 

Mise en scène Isabelle Hazaël
D'après la traduction de Joëlle Dufeuilly
Scénographie Karine Lémery
Musique Csaba Palotaï
Bruitages Laure Arto
Chorégraphie Edith Christoph
Lumière Julien Bony
Avec Isabelle Hazaël et Karine Lémery
Affiche Wladimir Anselme  

 

 

Ce jour-là, Micamaca, l’illustre chat, est parti en ville faire son travail : sonner à la porte de celui qui est trop souvent visité par la tristesse et lui proposer de venir dans la forêt Maboule au Carré, car là-bas, au bout de quelques jours, tout va mieux.
Et en effet, on va s’apercevoir que dans cette forêt Maboule au Carré, on est libre de vivre avec ses différences. On n’est pas exclu, même si on n’est pas « formaté ». Et forcément la tristesse se décompose, s’effiloche, se ratatine, se dissipe comme le brouillard.
Quand on arrive dans cette forêt, il y a déjà un vieux lion, ancien artiste de cirque périmé, un cheval trop bleu, un ours qui ne sait pas dire autre chose que ‘dom do dom’, un lapin au cerveau plus rapide que l’éclair, un monstre au cœur tendre, et d’autres hurluberlus, qui ont, chacun avec son histoire, réussi à échapper à la tristesse. Ils inventent ici un monde où l’on aime à réfléchir, à débattre, dans le vacarme et la bonne humeur. Ils accueillent le nouvel arrivant comme s’il était là depuis toujours. Ils sauront ensemble trouver des chemins pour sauver la liberté.
Un joyeux bazar pour résister à l’exclusion.

 

Construit comme une rencontre hybride, entre littérature, art plastique et politique, pour le jeune public. 

 

dossier de présentation

 

Ervin Lázár a écrit DOM DO DOM ! en 1985, en Hongrie. Mettre en jeu des personnages qui luttent pour la liberté, sans que la censure ne puisse s’accrocher sur quelque chose, pousse Ervin Lázár à user de métaphores et d’humour, ce qui donne à son écriture une jubilation spectaculaire. 

S’embarquer avec DOM DO DOM !, c’est partager cette jubilation, échapper à la tristesse, regarder le monde autrement, y voir de la beauté, de l’élégance. 

Sur scène une conteuse et une scénographe, tout se fabrique à vue, pour embarquer le spectateur, créer une intimité, partager la "construction de la fiction". Nous racontons cette histoire avec des dessins, des ombres et des disques vinyles.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

parcours - et en cours -

Création le 12 janvier 2016 au Moule (Centre culturel Robert Loyson - Guadeloupe).

Tournée dans la Caraïbes en janvier 2016. Images de la tournée à Saint-Barth, Saint-Martin et Guadeloupe, sur la page chemin faisant.
Et aussi le Jardin d'Alice (Montreuil), l'Atelier de la Bonne Graine (Paris 11ème), Issy-les-Moulineaux, Le Mans, Rueil-Malmaison.

Au 24 mars 2018, 53 représentations.
Pour les prochaines dates, allez sur la page actualité.

  

 

extraits de DOM DO DOM !

vidéo

 

alt

Lamuse - Isabelle d'Erceville

" Fable malicieuse et politique. Adaptation artistique, aussi originale que surprenante. "

Un conte moderne hongrois met en scène toute une galerie d'animaux personnifiés loufoques. Leur point commun : avoir été conduits dans la clairière par le chat Micamaca quand la tristesse les a submergés. Le spectacle reprend quelques péripéties de la vie dans cette clairière, pas comme les autres, où la liberté est de rigueur. Un des personnages centraux de ce conte est Dom do Dom, une sorte de nounours déglingué, qui ne sait dire que Dom do Dom... et que tout le monde comprend. 
Tout l'intérêt de cette fable, très malicieuse et un tantinet politique, tient aussi à son adaptation artistique, qui est aussi originale que surprenante. Ces animaux bizarres sont représentés par des dessins colorés ou des silhouettes découpées. Ils apparaissent et disparaissent sur un grand décor, une toile peinte, qui occupe tout le fond de ce petit plateau. Une platine et des disques vinyles, sous les yeux des enfants, servent à fabriquer le mouvement des personnages de théâtre d'ombres et à accompagner musicalement les différentes aventures de nos héros. 
Les enfants retiendront de cette fable moderne que la tristesse est un sentiment que l'on peut partager, que les tricheurs sont souvent démasqués et que ceux qui n'ont pas accès au langage se révèlent plein de sagesse.